HALLUX VALGUS

Description

L’ Hallux Valgus est une déformation du gros orteil appelée communément oignon.

hallux valgus

hallux valgus

Le gros orteil se déplace vers les orteils voisins. Le déplacement se fait au niveau de l’articulation entre la tête du métatarse et la première phalange (articulation métatarso phalangienne) entrainant l’apparition progressive d’une bosse douloureuse à l’intérieur de l’avant pied. En l’absence de traitement médical, cette déformation s’aggrave de façon inexorable. Les causes de cet hallux valgus sont multiples.

Parmi les différentes origines on peut identifier les facteurs génétiques, un désordre mécanique du pied, le port de chaussures à hauts talons, l’excès de longueur du gros orteil appelé communément pied Egyptien et le pied plat Valgus (une voûte plantaire affaissée aggrave la déformation). La femme est plus touchée par l’hallux Valgus (90% des cas).

 

La conséquence principale de la déformation est la douleur ressentie lors du chaussage, et  la déformation des chaussures. On peut également observer des douleurs sur les orteils adjacents (orteil en griffe) ou sous la plante du pied (métatarsalgie). Le médecin traitant fait généralement pratiquer le bilan radiographique avant d’adresser le patient au chirurgien.

Il faut distinguer l’Hallux Valgus de l’Hallux Rigidus : dans ce cas particulier, le gros orteil présente une tuméfaction au niveau de sa base. Il s’agit essentiellement d’une destruction du cartilage de l’articulation entre le métatarse et la phalange (métatarso-phalangienne). Cette pathologie est également accessible au traitement chirurgical. Dans le cas d’une arthrose très sévère, l’articulation ne peut être conservée et on réalise alors une fusion chirurgicale (arthrodèse métatarso-phalangienne).

L’examen complémentaire nécessaire avant la consultation est une radiographie de face et de profil en charge avec incidence Walter-Muller dite incidence des sésamoïdes. Cette radiographie permettra au chirurgien de faire le bilan de l’Hallux Valgus et de déterminer l’intervention chirurgicale la plus appropriée si une intervention est nécessaire.

L’indication opératoire devient légitime quand la gène fonctionnelle s’aggrave: douleur sur la face interne du pied, gène au chaussage, déformation des chaussures, retentissement sur les orteils voisins, …

Le dialogue patient / chirurgien est essentiel pour déterminer si une intervention est justifiée plus ou moins rapidement. Trop précoce, celle-ci pourrait être suivie éventuellement d’une récidive, même tardive, trop différée elle pourrait laisser apparaître des complications prévisibles.

radio d'hallux valgus

radio d’hallux valgus

                                                                   

 

 

 

 

 

 

TRAITEMENTS

Traitement percutané

chirurgie per-cutanée

chirurgie per-cutanée

 

 

L’ostéotomie métatarsienne appelée ostéotomie de Isham Reverdin est la technique de référence. Elle consiste en une section osseuse située dans la tête du métatarsien permettant de faire pivoter la tête métatarsienne afin de réorienter la surface articulaire. Cette intervention a lieu en percutané c’est à dire avec de mini-incisions de la taille de quelques millimètres. Il peut y avoir mise en place d’une vis qui sera totalement enfouie. Il n’y a pas de broche dépassant la zone opératoire.

 

Les suites post-opératoires

Immobilisation par un pansement et une chaussure permettant l’appui complet pendant 4 semaines.

 

bandage

bandage

chaussure post-opératoire

chaussure post-opératoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        l’ostéotomie de la phalange

Isolée, elle permet rarement d’assurer une correction suffisante. En revanche, quand la déformation de la première phalange participe à la déformation globale, une correction de celle-ci est nécessaire. Une ostéotomie est réalisée le plus souvent en per-cutané, avec ou sans vissage. Les suites ne sont ni plus compliquées ni plus longues.

correction de la phalange associée à une ostéotomie en chevron

correction de la phalange associée à une ostéotomie en chevron

 

P1

P1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ostéotomie dite en chevron :

Image1
Il s’agit d’une intervention mini invasive qui permet par une micro incision de réaliser une ostéotomie de la tête métatarsienne. L’abord est un peu plus élargi que dans le cadre d’une chirurgie percutanée,  mais la cicatrice ne dépasse pas quinze millimètres.

La façon de couper l’os est un peu différente puisqu’elle permet de faire translater la tête métatarsienne afin de la recentrer sur la sangle sésamoïdienne.

La tête osseuse ainsi décalée est fixée par une vis qui sera totalement enfouie et qui ne gène pas. Cette vis ne joue un rôle que de contention pendant la consolidation osseuse qui se fera de façon naturelle comme une fracture banale. Dans la majorité des cas,  cette vis ne nécessite pas son ablation.

Les suites post-opératoires pour la chirurgie par chevron

Reprise immédiate de l’appui sous couvert d’une chaussure médicale pour 4 semaines.

 

Ostéotomie de la base du premier métatarse.

L’intervention est réservée aux cas de déformation majeure avec un écartement important entre le gros orteil et les orteils voisins.

ostéotomie de la base M1

ostéotomie de la base M1

L’angle entre le premier et le deuxième métatarse dépasse 16 degrés. On réalise une ostéotomie au niveau de la base du premier métatarse

permettant de rapprocher les deux métatarses et de corriger ainsi l’hallux Valgus. La fixation de l’os ainsi réaligné se fait à l’aide d’une vis

introduite en percutané,  également enfouie totalement dans l’os et que l’on n’enlève qu’exceptionnellement.

 

     Les suites post-opératoires pour l’ostéotomie de la base

Pendant 6 semaines, utilisation d’une chaussure particulière avec pendant les 3 premières semaines, appui protégé par une paire de cannes anglaises.

Les 03 dernières semaines se déroulent avec un appui complet, sans cannes anglaises, mais toujours avec la chaussure médicalisée.

base M1 visséeostéotomie de la base de M1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’arthrodèse

arthrodèse

arthrodèse

 

Parfois, l’importance de la déformation initiale souvent due à une déformation ancienne, ne permet pas d’effectuer une correction satisfaisante tout en conservant la mobilité de l’articulation métatarso-phalangienne.

Dans ces cas particuliers, la correction impose de sacrifier la mobilité articulaire pour en assurer l’efficacité et la pérénité.

Les suites sont simples avec reprise de la marche immédiate sous couvert d’une chaussure médicale pour 45 jours.

adminHALLUX VALGUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.