HALLUX RIGIDUS

Description

L’hallux Rigidus est défini par une usure (arthrose) de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil. L’usure de cette articulation n’entraîne pas de grosse déviation comme l’Hallux Valgus. Généralement, il y a une surproduction osseuse en périphérie de l’articulation, cette dernière étant la plupart du temps dorsale. On constate donc un oignon dont l’origine est une fabrication d’os excessive appelée ostéophyte. Parallèlement, on constate un enraidissement progressif de cette articulation associé à des douleurs d’intensité et de fréquence variable. L’usure de ce cartilage articulaire est consécutive à une surcharge mécanique de cette articulation métatarso-phalangienne.

Certaines activités sportives dont la danse classique, le football et la course à pied intensive sont des causes identifiées. Des formes particulières de pied comme le pied dit « égyptien » sont des prédispositions anatomiques.

Dans ce cas de figure, le gros orteil est plus long que les orteils latéraux et par conflit dans la chaussure,  les contraintes se situent de façon préférentielle sur l’articulation métatarso-phalangienne. On connaît également des maladies plus générales responsables de cette pathologie comme la polyarthrite rhumatoïde.

 

Dans cette pathologie, comme pour les autres pathologies du pied, un bilan radiographique s’impose avant la consultation qui permettra de définir le stade de cette arthrose et les modalités thérapeutiques.

 

Traitement

Le traitement médical conserve sa place dans les formes débutantes pour lesquelles l’articulation n’est pas totalement détruite. Les infiltrations de produits anti-inflammatoires peuvent soulager les douleurs pendant un certain temps. En l’absence d’amélioration ou par nécessité de devoir répéter trop fréquemment les infiltrations, le traitement chirurgical prend sa place.

 

Il y a deux techniques dont les finalités sont différentes :

Le 1er traitement chirurgical consiste à conserver la mobilité de l’articulation.

On parle de traitement dit conservateur.

On réalise chirurgicalement par mini abord un nettoyage de la périphérie de l’articulation. On enlève la production osseuse excessive permettant de redonner une forme normale de la tête métatarsienne. Il y a souvent nécessité de devoir raccourcir l’orteil soit au niveau du métatarse soit au niveau de la phalange. Ce raccourcissement peut se faire soit par méthode percutanée pure soit par chirurgie dite mini-invasive.

L’os ainsi raccourci est ensuite fixé ou non. L’intervention s’accompagne d’un pansement qui sera à conserver pendant une période variant entre 4 à 6 semaines. La reprise de la marche est autorisée sous le couvert du port de chaussure médicalisée.

 

L’autre traitement chirurgical est dit non conservateur.

Il réalise une fusion de l’articulation métatarso-phalangienne entre la tête métatarsienne et la base de la phalange.

arthrodèse

arthrodèse

Grâce à cette intervention, la douleur est supprimée ainsi que la production anormale d’os en périphérie puisque l’articulation disparaît.

Il s’agit d’une fusion chirurgicale que l’on effectue en bonne position de l’orteil,  permettant le chaussage aussi bien avec chaussures plates que chaussures avec talons modérés pour les patientes féminines. Cette fusion est obtenue par éjection du cartilage articulaire entre la tête métatarsienne et la base de la première phalange. On met en contact les extrémités osseuses et on réalise un effet de compression avec généralement deux vis qui sont introduites de façon à réaliser un effet de compression. Ces deux vis sont enfouies au niveau osseux et ne dépassent pas. Elles ne seront pas destinées à être enlevées dans la majorité des cas.

Les suites post-opératoires

Elles sont simples puisque la reprise de la marche se fait avec une chaussure classique post opératoire de la chirurgie du pied. Le pansement et la chaussure sont à conserver pendant une durée de 45 jours.

 

adminHALLUX RIGIDUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.